Shopping

Ces 5 choses qui m’ont sauvé la vie à l’arrivée de bébé

Ces 5 choses qui m'ont sauvé la vie a l'arrivée de bébé

 

On le sait, l’arrivée de bébé, ça chamboule, ça questionne, ça fatigue (rayez la mention inutile…), et parfois, certains petits objets arrivent et nous soulagent dans notre grande mission ! J’avoue avoir beaucoup préparé l’arrivée de bébé, en me renseignant, empruntant aux copines toutes les choses qui, à mon goût, pourraient me servir avec Bébé Loup. Certains conseils viennent des familles avec qui je travaille, d’autres de l’entourage ou même d’une célèbre émission sur France 5 tous les matins (merci #mamanstestent !). Et après 4 mois d’utilisation, voici la liste de mes incontournables. Ces petites choses qui à un moment, m’ont littéralement sauvé la vie ! Parce que oui, parfois on en est là !

 

  1. L’écharpe de portage

Mon number one !!! J’ai eu la chance de me former à la technique du portage en écharpe au cours de ma formation pour devenir éducatrice de jeunes enfants (je développerai dans un futur article cette technique et ses nombreux avantages). Sur le principe, j’y voyais beaucoup d’intérêts (lien parent/bébé ; sentiment de sécurité pour bébé, aide à la digestion etc etc.) et j’avais hâte de pouvoir la mettre en place une fois maman !

On m’a offert à noël la graaaande écharpe (6 mètres tout de même) jeportemonbébé, que je trouvais top niveau confort et enveloppement pour bébé. Mais le jour où tu dois glisser ton bébé à l’intérieur, ça devient un peu moins facile… N’hésitez vraiment pas à vous renseigner, qu’on vous fasse la démo, auprès de personnes qui savent l’utiliser ! Ca en vaut vraiment la peine ! Parce qu’un bébé « mal » porté ne s’y sentira pas bien et la plupart des bénéfices du portage disparaîtront ! Et une fois qu’on a compris le truc… c’est magique ! Durant les premières semaines de Bébé Loup, l’écharpe m’a sauvé la vie !!! Grâce à elle, nous n’avons quasi pas connu les séances de pleurs en fin de journée. Quand vraiment ça devenait difficile pour elle et que je n’avais pas de moyen de l’apaiser, je la prenais dans l’écharpe et vaquait à mes occupations… Collée contre moi, suivant mes mouvements, j’imagine que cela lui rappelle un peu sa vie intra-utérine et elle ne mettait pas plus de 2 minutes à s’apaiser. Idem en sortie, dans les lieux bondés, j’ai toujours eu en horreur les énormes poussettes (en tant que « toujours pas maman », oui j’avoue que devoir circuler entre les poussettes parfois gigantesques dans des lieux toujours plus étroits me rendait dingue… Et je n’osais pas me mettre à la place de cette maman, essayant de zigzaguer comme elle peut, à la vitesse d’un escargot, sans bousculer les passants peu compatissants… Ça va dans les 2 sens !). Alors même si parfois, on n’a pas le choix, pour les débuts, l’écharpe m’a permis de profiter, avec mes 2 mains libres, de petits moments shopping, d’un petit marché nocturne et même de l’anniversaire de ma nièce où Bébé Loup avait décidé que ce n’était pas le jour pour faire des risettes… Elle est apaisée (et nous aussi pour le coup !), voit, entend tout autour d’elle, s’éveillant au monde qui l’entoure. Utilisée avec modération (pour répondre à un besoin précis à chaque fois), ma belle écharpe aura sauvé les pleurs de Bébé Loup et ma vie sociale par moment !

En attendant, La maison des maternelles a fait un super boulot de présentation de l’écharpe, pour celles qui souhaitent s’informer dans les grandes lignes…  Et où elles utilisent l’écharpe jeportemonbébé ! Comment utiliser une écharpe de portage LMDM

  1. Le cocoonababy de chez Red Castle

Outil ultime utilisé par nombre de mes copines, je n’entendais que du bien de ce petit matelas (cocon ergonomique comme il l’appelle). Une amie (EJE elle aussi) m’a même dit, « je suis sûre que c’est grâce à lui que bébé a fait ses nuits ». Alors j’avoue qu’avec les bienfaits annoncés par RedCastle (réduit les réveils en sursaut, limite les problèmes de reflux, le risque de tête plate…et puis super pratique de transporter un lit de bébé si petit !) et les crash tests de mes copines, j’ai vraiment eu envie de le tester ! Au vu du prix (160 euros tout de même) et du peu de temps passé dedans (3-4 mois environ), j’ai été ravie qu’on me le prête !! Mais si je n’avais pas pu me le faire prêter, je sais aujourd’hui que je l’aurais mis sur ma liste de naissance, sans hésiter !!!

Pour reprendre là où tout a commencé pour Bébé Loup et son matelas, on retourne à la mat’. Bébé Loup a passé 2 nuits à la néonat’ pour petits soucis d’oxygénation et j’ai donc retrouvé mon bébé la 3ème nuit (fameuse nuit de la java !). La nuit a été très entrecoupée par ses nombreux réveils, en sursaut, et elle peinait à se rendormir. Au fil de la nuit, je l’ai pris au creux de mon bras, pour essayer de dormir aussi… Nous avons toutes 2 dormi, sans réveil pour elle, mais moi si. J’avais peur qu’elle glisse, que je l’étouffe, la fasse tomber, bref, tout scénario angoissant digne d’une jeune maman… Je l’ai alors reposée dans son petit lit, avec mon coussin d’allaitement tout autour d’elle. Et elle a terminé se nuit apaisée (en dehors des tétés j’entends !). En analysant cette première nuit toutes les 2, j’ai eu le sentiment qu’elle avait besoin de contenance pour s’apaiser. J’ai donc demandé à Papa Loup d’emmener le Cocoonababy pour la nuit suivante et la différence a été notable ! Plus de réveil en sursaut, un bébé plus apaisé dans son sommeil et une contenance (mains relevées, jambes repliées) qui lui faisait du bien… En même temps, après 9 mois contenue, en position fœtale dans mon ventre, j’imagine que passer à plat, à l’air, ne doit pas être des plus rassurant ! Donc ce petit matelas (accompagné de la couverture miracle détaillée plus bas) a vraiment permis de l’apaiser pour la nuit, rendant son sommeil serein ! Je pense même qu’il a permis la distinction jour/nuit puisque je ne l’utilisais que la nuit. Après, je ne vais pas vous dire que c’est un miracle, nous avons eu des nuits plus difficiles, des réveils nocturnes nous aussi, mais je pense sincèrement qu’il a participé à instaurer un sommeil serein dans l’ensemble, et pour ça, oui je peux dire qu’il nous a un peu sauvé la vie ! 😉

Présentation (par la marque) du Cocoonababy : Le Cocoonababy

Le Cocoonababy

 

  1. La couverture miracle RedCastle

Oui, encore du RedCastle ! J’avoue être fan de leurs produits, qui sont, je trouve, réfléchi en terme de bien être plutôt que d’un point de vu esthétique/tendance… Le principe de l’emmaillotage, je connais aussi depuis ma formation et les avantages sont là aussi nombreux (rappelle la sensation d’enveloppement dans le ventre, diminuerait les pleurs, favorise le sommeil). Je l’ai utilisé en complément du cocoona, toujours avec ce sentiment que Bébé Loup avec besoin d’être contenue. Ses bras pouvaient vite partir dans tous les sens et l’emmailloter (sans serrer) l’apaisait directement ! Je ne l’ai utilisé que la nuit car en journée, pour ses siestes, je n’ai jamais senti qu’elle en aurait besoin… Donc inutile de lui créer un besoin justement ! L’emmaillotage a été un super complément au cocoona dans la quête du « faire ses nuits ». Quelle aura été son utilité par rapport à l’autre ? Pas évident de le dire, mais une fois sa couverture mise, elle n’a jamais cherché à bouger, s’agiter, comme si elle avait juste besoin d’être contenue là encore. Et puis la couverture RedCastle avait l’avantage d’être assez facile à mettre avec sa petite poche pour les jambes et ses deux pans distincts pour chaque bras. Une fois, nous avons essayé un maxi lange (Aden and Anaïs) car ma couverture miracle n’était pas encore sèche (faut bien la laver !) et elle s’est réveillée parce qu’elle avait pu sortir les bras et jambes du lange (vers 6 semaines). Peut-être n’avais je pas su la mettre correctement, mais avec la couverture miracle, nous n’avons jamais eu ce souci… Donc là encore, la couverture miracle a été un bel outil pour éviter les réveils nocturnes !

Petit tuto pour emmailloter bébé dans sa couverture miracle : Emmailloter bébé

  1. Le bout de sein en silicone MAM

Cette fois, on passe côté allaitement ! On m’avait conseillé pendant ma grossesse d’utiliser un bout de sein qui pouvait permettre d’éviter les crevasses et autres joies douloureuses de l’allaitement. Ce fut un des très nombreux conseils que j’ai reçu mais qui, sur le moment, ne me convenait pas tout à fait… Pourquoi prévoir cet outil alors que je n’en aurais peut être pas besoin du tout ? J’avais besoin, sur ce sujet, de me forger MA propre opinion… Une fois à la maternité avec Bébé Loup, les sages femmes ont remarqué que mes mamelons étaient légèrement rétractés (oui, oui, on entre dans les détails tabous, je sais !) et qu’avec la montée de lait, Bébé Loup risquait d’avoir quelques difficultés pour têter… Et ça n’a pas loupé ! Les seins tendus comme des ballons de baudruche, elle peinait à trouver le mamelon et…me faisait franchement mal ! On m’a alors amené un bout de sein pour me proposer d’essayer et petit miracle pour moi ! Bébé Loup a pu téter parfaitement, et la douleur de mon côté avait été divisée par 10 ! Je n’ai jamais connu les crevasses et pour la peine, l’allaitement a été un plaisir, comme je l’avais souhaité au départ. On m’avait conseillé de ne pas le garder systématiquement, mais j’avoue que tout se passant tellement bien, je n’ai pas vu d’intérêt sur le moment à ne plus l’utiliser. Il m’a convenu, à Bébé Loup aussi, donc c’était très bien ainsi ! Attention, je n’ai allaité « qu’ »un mois, donc peut-être que j’aurais changé d’avis au fil des semaines si j’avais continué. Et puis, j’avoue qu’avec la petite « réserve » dans le bout de sein, je voyais évoluer la consistance du lait (plus ou moins blanc, opaque…) et ça m’a permis de mieux comprendre l’évolution de celui-ci au fil de la tété, de la journée etc. Ça aide toujours ! Donc finalement oui, l’embout de sein a certainement « sauvé » mon allaitement ! Parce que nous en avons eu besoin à un moment de notre histoire.

Un petit article de la Leche League (véritable référence sur le sujet) concernant le bout de sein ! Le point sur l’utilisation des bouts de sein

Allaitement, bout de sein

 

  1. La tétine !

Etant confronté dans mon travail à de très nombreux parents en galère face à ce tout petit morceau de silicone quand se prépare la rentrée à l’école, j’avoue que pendant ma grossesse, je souhaitais que Bébé Loup utilise plutôt son pouce (qu’on ne peux plus avoir dans la bouche quand on a les mains occupées 😉 ) qu’une tétine. Mais bien évidemment, ça se saurait si notre avis comptait dans cette histoire. Et puis avec l’allaitement et le risque de confusion sein/tétine, j’aurais doublement voulu l’éviter. A l’inverse, je souhaitais allaiter pour plusieurs raisons (composition, protection immunitaire etc… les avantages sont très nombreux) mais un de mes grands doutes étaient la disponibilité qu’il exige et le risque d’avoir un bébé « pendu au sein toute la journée ». Les tétés étaient présentes pour moi dans un but nutritif et même s’il y a toujours un lien affectif mère-enfant primordial dans ces moments, je préférais que les câlins et la réassurance se fasse également par un autre biais que la tété (rien que pour Papa Loup aussi !). N’y voyez là aucun jugement, mon texte ne représente que la façon dont JE souhaitais vivre l’allaitement maternel avec Bébé Loup ! Ainsi, lorsqu’à la maternité Bébé Loup a ressenti le besoin (naturel et important) de téter pour s’apaiser (pas dans une logique de faim), la tétine a été d’une grande aide, puisque l’utilisation du pouce ne l’intéressait pas franchement. Et pour l’histoire de la confusion sein/tétine, le bout de sein a finalement permis de ne pas créer cette confusion ! Et par la suite, j’imagine que ça a joué un rôle dans la transition sein/biberon à l’arrêt de l’allaitement, qui s’est passé sans heurt ! Encore une fois, ce fut LA solution qui NOUS a convenu, à ce MOMENT précis de notre histoire… Et même si aujourd’hui j’aimerais qu’elle n’ait plus autant besoin de cette tétine (si au moins elle arrêtait de la perdre toutes les 4 minutes pendant la sieste…) ou qu’elle prenne son pouce (lui au moins, on l’a toujours sous la main !), je crois que j’ai déjà précisé que notre avis compte peu dans ce genre de situation… Donc oui, la tétine a été top pour moi, afin de mener l’allaitement que je souhaitais, que je l’applique avec plaisir sans cette sensation de dépendance que je redoutais un peu…

Et vous très chère Mamans Loups ? Quels ont été vos petits trucs, astuces qui vous ont sauvé la vie à l’arrivé de vos Bébés Loups ?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s